Le pdf de Jean Paul Lacharme

Autrefois il s'agissait d'un site rassemblant plusieurs sujets, et, entre autre, un compte rendu des expérimentations en rêve lucide de l'auteur.
Aujourd'hui il a mis tout ce qui concernait le rêve lucide sous forme de PDF (cliquez sur l'image pour y accéder) :

http://jean-paul.lacharme.pagesperso-orange.fr/ext/Intro-RL.pdf


Même s'il a lus plusieurs livres sur le sujet et très probablement plusieurs site internet je pense que l'on peut dire qu'il a fait tout ça tout seul de son coté.
Tout cela date un peu, il a fait ses expérimentations entre 1993 et 1996. Entre temps les forums sur les rêves lucides ont permis de mettre en commun les expérimentations de nombreux rêveurs et aux yeux de ses nouveaux acquis on peut dire que son résumé comporte quelques erreurs.


Cependant je le trouve très intéressant car son intérêt était surtout de chercher à comprendre ce qu'il appel "la forme du rêve". On pourrait aussi dire "la nature" ou "la matière" du rêve.
Comme il le dit :

 L'intérêt de cette petite présentation est de dégager les lois de la forme onirique comme cas particulier d'une théorie de la forme.

Juste après l'introduction il parle des méthodes pour induire des rêves lucides.
C'est là où je trouve qu'il accumule beaucoup d'erreur !
Il commence par présenter une méthode d'endormissement conscient (ce que l'on appel aussi le WILD) en suivant les hallucinations hypnagogiques. Sur la technique en elle même je ne trouve rien à en redire. Mais il ne précise pas ce que tous les forums ont pus vérifier maintes et maintes fois : L'endormissement conscient le soir au coucher est excessivement difficile.
Ce type d'entrée dans le rêve doit plutôt être tenté lors d'un réveil nocturne (après une pause pipi par exemple !). Ça peut sembler anecdotique mais sur les forums ont a vus trop de petits nouveaux s'escrimaient sans résultat à vouloir s'endormir consciemment le soir au coucher et finir par abandonner définitivement le rêve lucide (alors que d'autres méthodes, faites convenablement, donnent de bon résultat) pour ne pas le signaler !
La quasi-impossibilité de l'endormissement conscient le soir au coucher repose sur la disposition des cycles du sommeil. Autrement dit des causes physiologiques difficilement contournable !
( Pour avoir plus de détails concernant cette impossibilité voir le dernier paragraphe de -cette article- )

S'il y arrive bien tant mieux pour lui mais il ne faudrait pas qu'un novice croit que c'est le meilleur moyen de faire un rêve lucide ! Car c'est justement l'un des moyens les plus difficile.
Ensuite il dit que l'on peut aussi devenir lucide à partir du rêve lui-même, par exemple après avoir observé une absurdité typiquement onirique. Ce qui est vrai. Mais il précise :

Il n'y a pas de méthode efficace pour susciter et activer cette prise de conscience lucide.
Là je ne suis carrément pas d'accord ! C'est faux.
Il existe plusieurs méthodes pour augmenter la probabilité de ce type de prise de lucidité. Par exemple l'autosuggestion, les test de réalité et l'esprit critique (donné par Paul Tholey) ou encore le MILD (par Stephen Laberge).
Certes ces méthodes ne produisent pas un rêve lucide à coup sûr chaque fois qu'elles seront utilisées, mais elles augmentent significativement leurs fréquences. Ce sont même ces méthodes qui sont le plus recommandés aux novices plutôt que l'endormissement conscient. Car celles-ci donnent de bien meilleur résultat.
(Pour plus de détails concernant les méthodes je vous recommande -cette article- du BloGuide des Rêveurs Lucides )


Mais bon cela n'est qu'un petit paragraphe en début. L'essentiel c'est le compte rendu d'expérience sur la nature du rêve !
Et là dessus je le trouve très intéressant. Comme par exemple lorsqu'il remarque que le son est souvent pauvre et apparait facilement en retard. Par exemple :

 (...) je casse un verre. Le bruit du choc suit ce dernier d'une fraction de seconde.

Lorsqu'il dit :
Première conclusion, la forme onirique est instable et cette instabilité s'accroît avec l'attention qu'on lui porte.
  je me dit que c'est pertinent car j'ai fait le même constat concernant l'instabilité, par contre je ne dirais pas qu'elle s'amplifie avec l'attention qu'on lui porte. J'ai même observé plutôt le contraire. En étant attentif au décor celui-ci me paraissait momentanément plus stable et cohérent (et d'autre sur les forums m'ont dit avoir fait la même remarque).

Par contre je le rejoins sur la durée car mes décors rendus momentanément plus stable grace à mon regard attentif ne parviendrons pas à rester stable indéfiniment.
Au final je dirais que le rêve est instable mais qu'il parviens parfois à se figer et se stabiliser. Mais pas indéfiniment !

(...) la rétroaction du rêve. Grosso modo, ceci signifie que ce que je désire fortement va m'échapper mais ce que je crains va m'arriver.
Ce principe me semble vrai mais pas incontournable.
Croire que ceci est systématiquement vrai en rêve tend à le rendre systématiquement vrai en rêve ! C'est ce que l'on appel une onirocroyance. Hors même si cette tendance est vrai elle n'est pas systématique, ça reste une tendance.
De même lorsqu'il dit : 

On peut résumer les problèmes de stabilité par une demi-douzaine de cas types:
(a) ce que le sujet considère comme allant de soi demeure (relativement) stable.
(a') ce que l'on ne peut anticiper est impossible donc n'importe quelle forme peut émerger.
(b) l'inattendu, l'imprévisible est totalement instable (le sujet est pris de court).
(b') ce qui est médiocrement anticipé est médiocrement stable (approximation des lois
physiques)
(c) ce que l'on recherche tend à fuir ou à se dérober.
(c') ce que l'on cherche à préserver tend à se désagréger, à dégénérer et à disparaître.
(d) ce dont on craint l'apparition apparaît effectivement et croît.
Ces observations me semblent vrais en tant que tendance. Je crois qu'il les a involontairement amplifié par onirocroyance.
Cela ne les rends pas fausse en soi. C'est juste qu'elles ne seront pas systématiquement vrai pour tous, et elles ne seront pas incontournable non-plus.
Au final je me dit que toutes ces observations sont effectivement des tendances fortes dans le rêve. Mais qu'en les évaluant en même temps comme étant des lois du rêve il les a renforcé !
Et pourtant il mentionne lui-même que les croyances influencent le déroulement du rêve. Mais ses remarques concernant cette interactions des croyances sur le contenu du rêve visés plutôt les partisans de théorie "new-age" et/ou astraliste. Je crois qu'il n'a pas vu qu'en cherchant à établir des lois sur le rêve il y était lui-même sujet !

Ses trois lois concernant les personnages de rêve :

(a) Si on ne s'intéresse pas à eux, ils peuvent paraître intelligents et prendre des
initiatives, parfois faire montre d'agressivité.
(b) Dès qu'on prend l'initiative de leur parler ils deviennent extrêmement timides.
(c) Le désir de faire des "expériences" sur eux les détruit rapidement.
me semble un peu plus incertain. Et pourtant je suis d'accord avec lui pour dire que les personnages de rêve seront soumis au même tendance concernant l'instabilité du rêve que n'importe quel autre élément, et les exemples d’interactions qu'il donne me parle ! J'ai déjà vécu ça !
J'aime bien son idée disant qu'il ne peut y avoir deux personnes intelligentes en même temps, soit le rêveur soit le personnage interrogés mais pas les deux en même temps. Je ne saurait dire si c'est vrai, si c'est une tendance, forte ou faible ..mais je la trouve intéressante.

Au final je dirais que son analyse de la forme du rêve est pertinente.
Mais que son compte rendu d'expérience personnelle doit être pris pour ce qu'il est : un compte rendu d'expérience personnelle !
Si vous n'avez jamais fait de rêve lucide ne partez pas d'emblée du principe que ce qu'il dit se vérifiera systématiquement dans vos rêves (ceci est également valable pour ce que je dit !) ..car ce ne sera pas forcément le cas pour vous.
Il y a toujours des exceptions. Par exemple même si l'écrasante majorité des rêveurs reconnaissent que les écritures sont instables dans leurs rêves je connais un rêveur pour qui ce n'est pas le cas !
Enregistrer un commentaire