Au coeur de la Tornade

Légende : RN, RL
10/04/2019    { Pont rouge, Tornade, Folie, Course, Troupeau }

IRL il y a eu des tornades dans ma région il y a quelques jours.
~6h { ...(…) Je me réveil chez d’anciennes connaissances, pleins de gens arrive au fur et à mesure, une fête va avoir lieu, je décide de partir avant que ça commence.
Je me retrouve perdu dans un village inconnu à la recherche d’une cabine téléphonique. La seule rue accessible passe sous un pont rouge de type chinois (un peu dans ce genre ↓  mais au milieu du village).


Je passe dessous puis le longe pour chercher à monter dessus. Au détour d’un pilier je m’aperçois qu’il y a maintenant plein d’immeuble de type banlieue là où j’étais auparavant. Un type commence à arriver vers moi en courant ..J’ai compris, c’est un rêve !
Je part quand même en courant et monte sur le pont, le type me poursuit toujours, j’ai du mal à courir, l’impression d’avoir trop de vêtement pour ça, j’enlève mes chaussures, je commence à enlever mon manteau puis me ravise en me disant que je dois pouvoir l’utiliser pour voler.
Tout en continuant de courir j’attrape les bords de mon manteau pour m’en servir d’aile puis saute du pont.
Ça marche bien !
Surtout qu’il y a pas mal de vent ça aide. Je vol au niveau des 1er étages.
En face de moi la rue est coupé par une rue perpendiculaire, d’aprés les débris qui vole il semble y avoir beaucoup de vent, les gens crient et fuit vers la droite. Le ciel est couvert de nuage sombre.
Arrivé au croisement je découvre l’origine de ce vent de panique : une tornade à gauche !
Je fonce délibérément dedans. Une fois à l’intérieur je me laisse porter et tournoyer en criant “ Youpiiiiiiii ! ”. Je monte lentement en tournant sur moi-même et me laisse gagner par l’agréable vertige. Tout est devenu clair, comme-ci la tempête n’était qu’une illusion perceptible à l’extérieur de la tornade. Le plafond nuageux a était remplacer par un plafond en grés sculpté orange/rose. Les motifs semble abstraits et naïfs, des ronds dans des ronds dans des ronds, des flèches, des carrés, ce genre de chose.

La tornade m’apparaît maintenant comme un tube transparent, d’environ 1m50 de large et 10 ou 15m de haut. Ses contours me font pensé à des traits de crayon gris qui seraient fait en 3D et à de la poussières en suspend. Au sommet il y a plusieurs branches partant en spiral, et au centre plusieurs lignes ondulantes d’un vert un peu moche.
 J’entends comme des cliquetis, un nuage du même vert-moche s’impose à ma vision puis disparaît, s’en suit une succession d’image et de son qui apparaissent puis disparaissent un peu comme de l’imagerie hypnagogique. Je les énumère en même temps que je les perçoit, sur le coup je pensais pouvoir m’en souvenir au réveil mais en faites non, je me souviens juste d’un rire moqueur. Le tournoiement, le vertige mêlé au “ clignotement ” de ces images et sons décousus se transforme en une forme d’ivresse et de sentiment de folie. Cela dure peut’être entre 5 et 10 secondes.
J’atteins le plafond. Le clignotement et le tournoiement s’arrête. J’entends de la pluie.
Il y a un petit trou du diamètre d’un crayon creusé dans le plafond en pierre, correspondant au centre du cylindre/tornade. Je me dit que je ne pourrait pas passer par ce trou et n’ai pas la volonté de chercher à traverser le plafond ou à le briser, je me sens comme engourdi. Je ne pourrais pas aller plus haut. La tornade disparaît et je commence à retomber lentement comme un flocon de neige. Mon corps est figé dans une position détendu. Je ne ressent aucune envie de bouger ou de faire quoi que ce soit, je laisse faire.

Arrivé à 2 ou 3 mètres du sol je vois deux sauveteurs accourir vers moi. Je me pose au sol en restant figé dans ma position, face vers le sol, pas à plat, plutôt comme une statue sauf que j’ai l’impression d’être extrêmement léger. Je repose sur le bouts de mes doigts et mes genoux ou mes pieds. Les deux secouristes s’accroupit précipitamment  à coté de moi. L’un d’eux relève le pouls et répète consciencieusement « … 43 … 43 … 43 » à l’adresse du second qui note sur un carnet. Sauf que le premier à poser son avant-bras au sol, paume vers le haut, et c’est en faites son propre pouls qu’il prends de l’autre main ! Voyant cela je me mets à rire, ce qui m’extirpe de ma léthargie. Je me relève.

Il fait beau, la tempête n’est plus là. Je veut une autre tornade. Ça tombe bien j’en vois d’autre au loin, j’en compte trois, toutes belles. L’une d’elle est entortillée en spirale sur elle-même comme les anciens câbles de combiné téléphonique.
Je part en courant pour les rattraper, mais ma course est laborieuse.
“ On ” me dit de ramper comme un animal. Je me couche et commence à onduler dans la boue comme un serpent, ça semble effectivement plus efficace mais j’ai peur que cela me fasse mal au dos et recommence à courir.
Je m’applique à faire de grandes enjambés puissantes (quand j’étais petit c’est comme ça que je courais le plus vite) ça marche assez bien. Je rattrape un groupe de jeunes courants dans le même sens. Leurs présences me perturbe et me fait courir moins vite. Je me dit que c’est l’aspect compétition que cela entraîne qui m’incite à ne pas être le premier/gagnant. Puis que cela passera lorsque je les aurait dépasser. Je m’applique puis les dépasse.
Je suis à présent gêné par des portes. Sans que je m’en aperçoive le chemin a fini par se transformer en une succession de longs couloirs séparés par des portes. Les portes se traversent spontanément sans avoir à les ouvrir mais le soucis est qu’elles bouchent la vue, plus exactement je sens que mes enjambés pourraient être plus grandes que ces couloirs mais elles sont systématiquement limité par la portée de ma vision, donc ces portes.
Je finis par atteindre la fin du bâtiment. Un mur de carreaux de verre trouble. J’escalade pour sortir par le toit. Le toit n’est qu’une toile de tente bleue.

Dehors, il fait nuit, durant quelques secondes à peine ensuite il fait jour. Il fait même beau. Pas de tornades en vue. C’est un coin montagneux. Il y a quelques maisons et beaucoup de foret. Des gens  sont réunis prés de voiture de type militaire et semble surveiller le ciel. Un troupeau de taureau déboule de derrière une montagne et fonce vers nous, je me mets à léviter et me place juste au-dessus de leur trajectoire pour les regarder passer de prés. Ils s’arrête plus loin dernière une autre montagne. Je vais voir. Il y a plein d’autres troupeaux rangé là, ordonnés comme des légions romaines. Ils me regardent tous avec de grands yeux blancs, je m’aperçoit alors qu’ils sont tous faits en dessin animés type Disney. Je retourne vers les maisons. Le ciel est sombre et nuageux au-dessus de la montagne d’où est venu le troupeau, j’en déduis que la tempête est là-bas et que c’est ce qu’ils fuyaient. Un gars à coté me dit qu’il y a une option permettant de voir à travers la montagne. Là le rêve deviens une notice de jeu vidéo où je cherche l’option “ voir à travers ” en cliquant pour faire défiler les pages, ça semble parler d’un jeu avec des clowns tueurs, je tombe sur une option permettant de passer l’attente pour sauter directement au moment où la tornade est là ..ça pourrait l’faire ! Apparemment il faut juste cliquer sur ce levier
} réveil ~6h30